This is a preprint
Abstract

Le Régime d’immersion en français (RIF) de l’Université d’Ottawa offre la possibilité aux étudiants anglophones d’approfondir leur connaissance du français en faisant une partie de leurs études en français. Le présent article porte sur le cas de trois étudiantes de premier cycle en troisième et quatrième année d’études à l’Université d’Ottawa. Ces études de cas visent à étudier les facteurs d’attrition et de rétention associes à la participation de ces élèves au RIF. Des entrevues semi-dirigées ainsi que des dessins réflexifs (cartographies de parcours et de langue) ont été utilisées pour mettre en évidence l’importance et l’impact émotionnel des défis auxquels les étudiantes sont confrontées dans le RIF. L’analyse se penche sur la relation entre ces défis et des facteurs d’attrition et de rétention notamment l’atmosphère d’apprentissage dans les cours de discipline et de langue, ainsi que leurs impacts négatifs et positifs sur les étudiants. En particulier, l’étude met en évidence les obstacles externes à l’apprentissage qui entraînent des périodes de découragement susceptibles de provoquer le départ des étudiants du RIF. Inversement, les éléments positifs qui peuvent servir de contrepoids en favorisant la résilience des étudiants et renforcer la décision de demeurer dans le RIF sont abordés. Les conclusions proposent des recommandations pour le RIF liées à la préparation des nouveaux étudiants du RIF et à l’amélioration du dispositif pédagogique.

pdf

Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.