Abstract

Abstract:

In the period following the Second World War, hospitals in Ontario faced a shortage of nurses that prompted the renegotiation of nursing practice. This article examines the introduction of “certified” nursing assistants, a new category of worker who became the fastest-growing segment of the nursing labour force. Nursing assistants occupied an important position in the reorganization of nursing labour in these years, intentionally positioned between registered nurses and a pool of other support workers, such as practical nurses and ward aides. Nursing assistant training programs were established throughout Ontario and helped to create a credentialed community of practice. From 1946 to 1959, 4,840 nursing assistants were registered in Ontario. Between 1960 and 1966, more than 12,000 nursing assistants were registered, increasing to 17,723 in the final three years of the 1960s. The rapid growth of nursing assistants reveals the extent by which nursing labour in Ontario was reorganized in these years. Importantly, registered nurses were not mere bystanders in this transformation but, rather, effectively managed the critical issue of encroachment, at least for the short term. The system of registration created in Ontario effectively legitimated the participation of registered nurses in the regulation of nursing assistants. Registered nurses also participated in important ways in the governance of nursing assistants, in overseeing education programs, and in supervising the clinical work done by nursing assistants. Finally, the shift toward recognizing “registered nursing assistants” acknowledged that nursing labour was undergoing segmentation, with tasks being divided among different kinds of workers.

Résumé:

Dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale, les hôpitaux de l’Ontario ont connu une pénurie de personnel infirmier qui a suscité une réorganisation de la pratique des soins infirmiers. Le présent article traite de la création d’aides aux services infirmiers « certifiés », une nouvelle catégorie de travailleurs devenue le segment du personnel infirmier à la croissance la plus rapide. Les aides aux services infirmiers, intentionnellement placés entre les infirmières et infirmiers autorisés et un groupe d’autres employés de soutien, comme les infirmiers et infirmières auxiliaires et les aides de salle, ont occupé une place importante dans cette réorganisation. Des programmes de formation d’aides aux services infirmiers ont été mis sur pied dans tout l’Ontario et ont contribué à créer une communauté de pratique possédant des titres de compétence. De 1946 à 1959, 4 840 aides aux services infirmiers ont été « autorisés » en Ontario. De 1960 à 1966, 12 000 l’ont été, nombre qui a atteint 17 723 au cours des trois années suivantes. La rapide croissance du nombre d’aides aux services infirmiers révèle l’ampleur de la réorganisation du personnel infirmier en Ontario durant ces trois années. Fait important à signaler, les infirmières et infirmiers autorisés n’ont pas assisté passivement à cette transformation; ils ont plutôt géré efficacement l’épineux problème du nouveau partage de compétences, du moins au début. Le système d’autorisation créé en Ontario a en fait permis aux infirmières et infirmiers autorisés de participer à la réglementation de la profession d’aide aux services infirmiers. Les infirmières et infirmiers autorisés ont aussi participé de manière importante à la régie de la profession d’aide aux services infirmiers : ils ont coordonné les programmes de formation et supervisé le travail clinique effectué par les aides aux services infirmiers. En fin de compte, le fait qu’on en soit venu à reconnaître les « aides aux services infirmiers autorisés » montre que le personnel infirmier était en train de se segmenter, les tâches étant réparties entre diverses catégories de travailleurs.

pdf

Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.