In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • « Voyager, aller vers les autres » Entretien avec Michèle Rakotoson, juillet 2014
  • Karin Schwerdtner (bio)

Écrivaine, voyageuse, ancienne journaliste et lauréate de la Grande médaille de la Francophonie 2012 (décernée par l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre), Michèle Rakotoson est née à Antananarivo, la capitale de Madagascar. En 1983, pour des raisons politiques, elle quitte Madagascar et s'installe à Paris où elle travaille comme journaliste et chargée de communication, notamment à Radio France Internationale. À partir de son arrivée en France, elle fait paraître plusieurs ouvrages de théâtre, de nouvelles, de récits et de romans. Ce sont surtout les premières publications qui ont fait l'objet de différents entretiens avec l'auteure, entretiens comme les suivants parus il y a quelques années: Christiane P. Makward, « Entretien avec Michèle Rakotoson » ; Pascale Perraudin, « Entretien avec Michèle Rakotoson » ; Stephen Gray, « Michèle Rakotoson Speaks With Stephen Gray ». En 2008, notamment depuis son « retour au pays », elle s'engage à plein temps dans un projet qui consiste à relancer l'édition et la lecture à Madagascar (Andriamirado 2011).

Le voyage dans l'espace et la mémoire marque de façon magistrale l'œuvre intégrale de Rakotoson, en particulier ses écrits de prose. Dans son roman Le Bain des reliques (1988), par exemple, un journaliste désabusé, ayant vécu longtemps en Occident, fait l'expérience du retour au pays. Il quitte Antananarivo pour réaliser un reportage dans la région du Menabe sur la cérémonie traditionnelle du Fitampoha (Chazan-Gillig 2001). Destiné surtout aux jeunes lecteurs, le roman Elle, au printemps (1996) [End Page 362] raconte pour sa part les déplacements d'une jeune femme malgache qui quitte son pays pour poursuivre ses études supérieures à Paris. Arrivée en France, elle traverse le Nord du pays à la recherche de la jeune Française avec laquelle elle entretenait une correspondance. Autre livre pour la jeunesse, Tovonay (2010) tourne autour des mouvements (déplacements, activités) d'un enfant des rues qui se bat au jour le jour pour nourrir sa famille. Par ailleurs, dans Lalana (2002), dans la dédicace de l'auteure, deux hommes qui s'aiment « pren[nent] la route pour traverser Madagascar, un Madagascar où tout est symbole: les églises, les nefs des fous, les cortèges d'esclaves ou le Dieu des rebelles ». Et elle continue, « L'un va mourir, d'une maladie taboue chez nous: le Sida. Son ami va l'accompagner dans son dernier voyage ».

Parmi ses livres les plus récents, ceux parus chez Elytis « éditeur de littérature de voyage » évoquent, outre l'errance physique et mémorielle, celle, philosophique et affective, induite par la rentrée à Madagascar après vingt ans d'absence1. Dans Juillet au pays. Chroniques d'un retour à Madagascar (Grand prix littéraire des océans Indien et Pacifique 2007) et Passeport pour Antananarivo. Tana la belle (2011) – deux récits de voyage qui peuvent être lus par ailleurs comme le récit d'une enquête sur le passé esclavagiste et colonial de l'île depuis un présent qui en porte encore les séquelles (Schwerdtner 2015) et comme une lettre ouverte (Schwerdtner s.d.), respectivement –, les pérégrinations dans des lieux autrefois familiers ainsi que dans des lieux réservés aux descendants d'esclaves et aux sans-voix de l'Histoire mettent en vertige les certitudes de « l'éternelle voyageuse » :

Je suis au pays, dans mon enfance retrouvée, dans l'odeur du pays, la réalité du pays. Et étrangement, l'errante que je suis devenue, l'éternelle voyageuse, sait que ce pays réel ne correspond pas à son pays rêvé ou son pays de cauchemar, celui qu'elle recompose à l'infini entre tendresse et rage.

(Juillet au pays 29)

Passeport pour Antananarivo. Tana la belle s'inscrit dans la lignée de Juillet au pays en ce qu'il évoque, au moins implicitement, par le biais de ses descriptions d'Antananarivo dite « ville-valise et [End Page 363] sans bagages », autant les plaisirs que les défis associés au voyage...

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 362-376
Launched on MUSE
2018-05-10
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.