In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • D'hier à aujourd'hui:les mythes du Portugal et de Salazar en France chez les écrivaines voyageuses Simone de Beauvoir et Christine Garnier
  • Martine F. Wagner (bio)

Le roman est devenu peu àpeu et inconsciemmentl'art de ceux qui, ayantconquis le monde, ont ledroit de le dire.

Édouard Glissant, L'Imaginaire des langues 114

En 2013, la comédie La Cage dorée de Ruben Alves mettait en haut de l'affiche les Portugais de France et dénonçait avec humour la méconnaissance des Français de cette communauté et de son histoire1. Cette méconnaissance est d'autant plus surprenante que les Portugais sont l'une des communautés étrangères les plus nombreuses en France avec les Maghrébins. Leur émigration, massive dans les années soixante, est liée au régime dictatorial d'António de Oliveira Salazar (1928-1974) et aux guerres coloniales en Afrique lusophone2. De nos jours, les Portugais de France et leurs descendants occupent une place singulière dans le débat contemporain sur l'identité française. Considérés comme des symboles d'une intégration réussie, notamment par le Front National qui les oppose souvent aux immigrés postcoloniaux, les Portugais ont, en réalité, des taux d'intégration très bas (Cordeiro; Ghemmaz) et restent peu visibles dans la culture française mainstream (Fernandes; Vieira; dos Santos)3. Certains attribuent ce manque de visibilité socioculturelle [End Page 305] à une stratégie communautaire d'intégration (Cordeiro), d'autres à un effet de la dictature, d'autres encore, à la permanence, côté français, de clichés sur les Portugais et le Portugal, hérités, notamment, de récits de voyages (Pageaux; dos Santos).

En effet, selon Daniel-Henri Pageaux, dans Images du Portugal dans les lettres françaises, le regard français sur le Portugal, notamment dans les récits de voyage, est marqué par l'ignorance, le mépris et l'indifférence. De fait, si le voyage en Espagne a une tradition littéraire aussi ancienne que le voyage en Italie, il n'existe pas de tradition équivalente pour le Portugal. Du dix-huitième siècle au début du dix-neuvième siècle, le Portugal est confondu avec l'Espagne (Maffre). Chez les voyageuses françaises du dix-neuvième siècle, l'Espagne et le Portugal symbolisent un lieu frontière, « entre le sauvage et le civilisé […] l'Europe et l'Afrique » (Dulphy et al. 21) et « le tableau dominant, dans l'évocation de ces pays, est celle d'une Barbarie que font ressortir les vestiges d'une histoire marquée par la grandeur » (Monicat 16-17). Au début du vingtième siècle, les voyages littéraires sont dominés par les récits touristiques où le Portugal apparaît comme « un pays bucolique, ultime refuge contre la modernité » (Dulphy et al. 24).

Dans la même veine, les écrits des voyageurs militants issus de l'extrême-droite maurrassienne, à partir des années trente, appartenant au genre de la « visite au 'grand homme' » (Dulphy et al. 65) décrivent souvent une rencontre avec Salazar et sont engagés dans la propagande internationale menée par le dictateur et António Ferro, directeur du Secrétariat de propagande nationale, de sa création en 1933 à 1950 (Mariz; Raimundo)4. Ces récits de voyage font du régime salazariste un « modèle portugais » (Hurault 439) pour les personnalités politiques ainsi que les intellectuels tels que Paul Valéry, Colette ou Maurice Maeterlinck. Par exemple, invitée par António Ferro, la féministe d'avant-garde Gabrielle Réval, co-fondatrice du prix Fémina, adopte dans L'Enchantement du Portugal des clichés orientalistes pour décrire sa visite à un Portugal idyllique et donner une image mythique des femmes portugaises, aristocrates ou paysannes5: [End Page 306]

Il y a dans le visage de la dona une langueur orientale, visage long et fin, d'un type très aristocratique ; teint ravissant, teint de blonde, alors que les cheveux des Portugaises ressemblent à l'aile de corbeau; sourcils arqués à la...

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 305-324
Launched on MUSE
2018-05-10
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.