Abstract

RÉSUMÉ:

Des données de référence nationales et représentatives de l'Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ÉLCV) ont été utilisées pour évaluer si la possession d'un animal de compagnie était associée à la participation sociale et à la satisfaction de vivre des personnes âgées (≥65 ans, n= 7,474). Des statistiques descriptives ont permis de distinguer les modalités de la possession d'animaux dans la population canadienne plus âgée, et des modèles de régression logistique ont été utilisés pour estimer les associations entre la participation sociale et la satisfaction de vivre de personnes âgées possédant ou non des animaux. Un tiers des personnes âgées de l'échantillon ont rapporté posséder des animaux. En moyenne, les personnes possédant des animaux avaient une satisfaction de vivre inférieure (OR=0,73, p<0,001) et participaient à moins d'activités sociales, récréatives et culturelles sur une base régulière (OR=0,73, p<0,001) que les personnes sans animaux; cependant, les personnes avec animaux n'étaient pas moins satisfaites de leur niveau actuel de participation sociale que celles sans animaux. Pour les propriétaires d'animaux dont la participation sociale était compromise, les animaux semblaient constituer un facteur de protection dans certaines circonstances. Des caractéristiques individuelles et des facteurs structurels liés au cadre conceptuel des Collectivités amies des aînés de l'Organisation mondiale de la Santé ont permis de mieux comprendre ces résultats.

ABSTRACT:

The objective of this study was to assess whether pet ownership contributes to social participation and life satisfaction for older adults. We used baseline data from the Canadian Longitudinal Study on Aging (CLSA) for this purpose, and logistic regression models to estimate associations between social participation and life satisfaction for pet owners and non-owners. One third of all older adults (≥ 65 years, n = 7,474) in our sample reported pet ownership. Pet owners were less likely than non-pet owners to report life satisfaction and to participate frequently in social, recreational, or cultural activities, but pet owners were no less satisfied than were non-owners with their current levels of social participation. For pet owners experiencing barriers to social participation, pets appeared protective of life satisfaction in some circumstances. Both individual characteristics and structural factors linked to the World Health Organization's age-friendly communities framework were relevant to understanding these findings.

pdf

Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.