Abstract

Résumé:

La Grande Guerre produit des crises humanitaires auxquelles la jeune Fondation Rockefeller répond au début de manière éparpillée. Dès 1916, face à l'épidémie de tuberculose, les dirigeants de la Fondation commencent à formuler une réponse stratégique, un « plan d'ensemble » qui lierait les organismes locaux. La Fondation Rockefeller avait été créée avec la vocation de « promouvoir le bien-être de l'humanité à travers le monde ». Sa charte évoque « la prévention et le soulagement de la souffrance ». Les archives nous montrent cependant que dès le début, ses activités favorisent la prévention plutôt que le soulagement–une distinction entre la philanthropie et la charité. La campagne antituberculeuse en France est un chapitre de l'évolution de la philanthropie américaine. Avec elle on commence à définir non seulement le rôle des grandes fondations pendant une crise internationale mais aussi leur mode opératoire dans un contexte international. Rockefeller adopte des méthodes « locales » (les manuels scolaires, les conférences) y rajoutant une dose de marketing américain (le cinéma, les affiches). Son but ? Il s'agit non seulement d'éradiquer la maladie, mais encore plus important, de faire le travail préparatoire pour créer un système de santé publique qui durera longtemps après la fin des financements américains.

pdf

Additional Information

ISSN
1918-6649
Print ISSN
0730-479X
Pages
pp. 201-208
Launched on MUSE
2018-01-04
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.