restricted access Canada under the DEWline
Abstract

The Distant Early Warning line (DEWline) marks the intersection of military-technological and cultural discourses. It was both a radar system and a conceptual way-station in the fraught history of Canada's arctic, a punctuation point between the utopian socialism of F.R. Scott's "laurentian Shield, the "near-future warnings" of marshall mcluhan, and the ecological anxiety of our contemporary North. Further, the DEWline exists at the intersection of national, civilian space—it is, after all, designed for defence—and the totalities of the Cold War. As such, the DEWline is productive, challenging, and elusive. It is a measure of both weaponized information and nuclear anxiety, as well as a literal contact zone between what Rachel Woodward calls militarism's "moral order" and the cultural work of a critic like Mcluhan or a poet like Scott. It is also one way in which civilians can understand how militarism's discourses and epistemologies construct landscapes and subjects far beyond the range of its radar.

Le Réseau avancé de préalerte (Rapa) marque la jonction du discours militarotechnologique et du discours culturel. Il s'agit à la fois d'un réseau de radars et d'une charnière conceptuelle dans l'histoire chargée de l'arctique canadien, signe de ponctuation arrimant l'un à l'autre le socialisme utopique de F.R. Scott dans « Laurentian Shield », les chroniques de Marshall Mcluhan concernant le proche avenir (Dew-Line Newsletter) et l'angoisse écologique liée à notre idée du Nord contemporain. Plus encore, le Rapa se situe à l'intersection de l'espace national, civil – sa fonction, après tout, est défensive – et du caractère total de la guerre froide. De ce point de vue, le RAPA est [une notion] productive, stimulante, et fuyante. Il nous renseigne sur l'information comme arme de guerre en même temps que sur l'angoisse du nucléaire, en plus d'être une zone de contact littéral entre ce que Rachel Woodward appelle « l'ordre moral » du militarisme et les œuvres culturelles d'un critique comme Mcluhan ou d'un poète comme Scott. Pour les civils, il représente aussi un moyen de comprendre comment les discours et les épistémologies militaristes donnent forme à des paysages et des sujets qui se trouvent pourtant hors de portée de leur radar.


pdf