Des braves et des guerriers. Les Amérindiens du Québec et la guerre de 1812 by Jean-Pierre Sawaya (review)
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by
Jean-Pierre Sawaya, Des braves et des guerriers. Les Amérindiens du Québec et la guerre de 1812, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. Mondes autochtones, 2015, 236 p.

L'important rôle que les Amérindiens du Québec ont joué au sein de conflits historiques en Amérique du Nord ne fait aucun doute. S'impliquant dans la défense du territoire—que ce soit au nom de la France ou de la couronne d'Angleterre—, ils se sont inscrits dans l'évolution d'une nation : une nation qui leur était tout à fait autre et qu'ils ont tout de même accepté de défendre contre ses ennemis, influençant ainsi le déroulement de l'Histoire sur les plans politique et économique. Leur participation a aussi joué un rôle incontournable dans l'expansion (ou la non-expansion) territoriale de nations ennemies. Toutefois, l'inscription dans l'Histoire de cette population, les traces concrètes que l'on a conservées de son dévouement et de sa participation aux différents conflits sont quasi absentes. Et pour Jean-Pierre Sawaya, c'est un problème flagrant qui mérite d'être résolu.

Dans son ouvrage Des braves et des guerriers. Les Amérindiens du Québec et la guerre de 1812, Sawaya se donne pour mandat de faire revivre l'histoire au lecteur en proposant un angle d'approche différent. Plutôt que de raconter un conflit avec le regard centré sur les grandes forces en présence, l'auteur donne la parole aux Amérindiens du Québec en mettant en lumière leur rôle décisif dans un conflit précis : la guerre de 1812 opposant le Canada aux colonies américaines, ces dernières se rebellant contre la couronne britannique. Il s'agit d'une « étude de cas fondée majoritairement sur des sources primaires, des témoignages d'époque, des documents de première main généralement connus des historiographes ». Certes, il fait revivre certaines des légendes. Nous pensons à juste titre à John Norton et à Tucumseh, cet « ennemi juré » des Américains. Mais ce qui l'intéresse surtout, et c'est là tout le mérite de son ouvrage, ce sont les acteurs oubliés de cette guerre : les Louis Cook, Thomas Williams, Noël-François-Joseph Annance, Laurent Kisensik, Igance Portneuf, Vincent Chaouigonette, Michel Sioui, Louis Vincent, dont il se fait l'obligation de [End Page 394] narrer les exploits. Le chercheur redonne ainsi leurs lettres de noblesse aux Amérindiens que l'Histoire a laissés s'engouffrer dans un néant, dans une « amnésie historique ». À une époque où il importe de s'ouvrir à l'autre et d'instaurer un dialogue, la proposition de Jean-Pierre Sawaya fait du bien.

S'intéressant « […] aux alliances politiques entre les Amérindiens et les Européens » (quatrième page de couverture), Jean-Pierre Sawaya a fait un doctorat en histoire et a choisi de se spécialiser dans le domaine de l'histoire des Autochtones. Il ne fait aucun doute que le chercheur possède toute la connaissance nécessaire pour narrer ce pan d'une histoire méconnue. Une histoire et non pas notre histoire, car le chercheur montre bien que malgré le recours au « nous » qui a servi à amadouer les Amérindiens pour qu'ils combattent en faveur de la couronne d'Angleterre, le clivage entre « nous » et « eux », c'est-à-dire les Amérindiens, n'a été que plus clair au terme du conflit. L'intérêt de l'auteur pour le peuple autochtone est manifeste et tout le respect qu'il lui confère se lit dans sa façon de poser les enjeux et d'expliquer dans les moindres détails le rôle et le sort des guerriers amérindiens. La narration historique présentée est riche et la documentation fournie—les appendices qui comportent les annexes, les listes (listes énumérant tous les combattants amérindiens archivés en fonction du lieu de bataille), la bibliographie et les notes font 95 pages—permet d'envisager ce conflit...


pdf