Versions of the Self: Mouvance and Authorship in Heinrich von Morungen

From: Florilegium
Volume 32, 2015
pp. 217-244

Abstract

Abstract:

Many medieval lyrics have been transmitted in multiple manuscript versions. The discrepancies between these versions are often attributed to a loose medieval conception of authorship that left later redactors unconcerned with the integrity of a work. Using songs by the twelfth-century German lyric poet Heinrich von Morungen, I argue that variation can in fact be part of the project of fashioning an authorial self. By embedding manifold aesthetic options and ethical ideals into their songs and providing space for creative rearrangement by later singers, Morungen and other poets establish their reputations as masters of the realm of poetic possibility.

Résumé:

De nombreux poèmes lyriques médiévaux ont été transmis en multiples versions manuscrites. Les divergences entre ces versions sont souvent attribuées à une conception médiévale floue d’autorialité qui aurait fait que les rédacteurs postérieurs ne se seraient guère préoccupé de l’intégrité des œuvres. Suite à mon étude des chansons du poète lyrique allemand du XIIe siècle Heinrich von Morungen, il me semble que la variation peut en fait être partie prenante d’un projet de façonnement d’un soi autoriel. En insérant de nombreuses options esthétiques et des idéaux éthiques dans leurs chansons et en offrant un espace pour le réarrangement créatif aux futurs chanteurs, Morungen et d’autres poètes ont établi leur réputation en tant que maîtres du domaine de la possibilité poétique.