Abstract

In North American academia, the word ‘philology’ pulls in two directions – towards a broad, idealist sense corresponding to the roots philia and logos and towards a narrower conception of ‘mere’ philology, a historicist sub-discipline centred on etymology and textual editing. This essay examines the role of ‘philology’ before, during, and beyond the period known as the ‘linguistic turn,’ with special focus on Speculum’s 1990 special issue, The New Philology. Against the many invocations of ‘philology’ pitting the lofty ideal against fallen disciplinary practice, I argue for the institutional re-elaboration of philological study in the present.

Résumé:

Dans le monde universitaire nord-américain, le mot « philologie » pointe vers deux directions : vers un sens large et idéaliste correspondant aux racines philia et logos et vers une conception plus étroite de la philologie « simple », une sous-discipline historiciste centrée sur l’étymologie et l’édition de texte. Cet article examine le rôle de la « philologie » avant, durant et après le mouvement connu sous le nom de linguistic turn, avec une attention particulière au numéro spécial de Speculum en 1990, « The New Philology ». Contrairement aux nombreux défenseurs de la « philologie » qui opposent un idéal noble à une pratique disciplinaire en déclin, j’appelle à une réélaboration institutionnelle de l’étude philologique dès maintenant.

pdf

Additional Information

ISSN
2369-7180
Print ISSN
0709-5201
Pages
pp. 157-181
Launched on MUSE
2017-07-17
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.