L-syntax and phono-symbolism: on the status of ideophones in complex predicates
Abstract

In this article, the author demonstrates that verbal compound constructions involving an ideophone and a light verb represent a widespread syntactic device in the world’s languages. The author provides evidence that phono-symbolic morphemes cannot be treated as ‘bare’ direct objects in such constructions. Ideophones appearing in the light verb-adjacent position form a semantic unit with the verbal predicate, despite the fact that in some languages they can be syntacticized as (bare) nouns and appear in argumental position. Specifically, ideophones in complex predicates are part of the verbal domain with which they ‘blend’ (yielding a single predicate) through the mechanism of conflation, along the lines of Hale and Keyser (1993, 2002), and building on Ramchand (2008).

Résumé:

Dans cet article, l’auteur montre que les constructions verbales composées impliquant un idéophone et un verbe léger constituent un dispositif syntaxique répandu dans les langues du monde. L’auteur argumente que dans de telles constructions, les morphèmes phono-symboliques ne peuvent pas être traités comme des objets directs « nus ». Les idéophones qui apparaissent dans la position adjacente à un verbe léger forment une unité sémantique avec le prédicat verbal, bien que dans certaines langues ils puissent être syntactisés comme des noms « nus » et apparaître en position argumentale. Plus précisément, les idéophones dans les prédicats complexes font partie du domaine verbal avec lequel ils se combinent, grâce au mécanisme de la conflation, pour produire un prédicat unique, selon la proposition de Hale et Keyser (1993, 2002) et en s’appuyant sur Ramchand (2008).


pdf