Space and Place within Aboriginal Epistemological Traditions: Recent Trends in Historical Scholarship
Abstract

Abstract:

By looking at how space and place can be used to shape Indigenous history based on Aboriginal ways of knowing, we can begin to explore how Indigenous philosophical and religious traditions have shaped their cultural, political, and economic traditions and rationalized their sense of land, property, and rights. New scholarship by Aboriginal and non-Aboriginal scholars is pursuing this new and dynamic inquiry. In recent years, a number of cutting-edge studies have evaluated how place and space have impacted colonial historical events, with some scholars employing the epistemological frameworks of Indigenous societies and others focusing on how land disputes have shaped Canadian history more generally. This article is an evaluation of the evolution of the historical scholarship–some from historians, some not–as it relates to Indigenous societies, space and place, and the epistemological frameworks embedded within their cultural traditions.

Résumé:

L’examen du rôle de l’espace et du lieu dans l’édification d’une histoire autochtone reposant sur les modes de connaissance autochtones conduit à étudier la manière dont les traditions philosophiques et religieuses autochtones ont façonné les traditions culturelles, politiques et économiques et organisé la perception de la terre, de la propriété et des droits. Les travaux savants récents effectués par des chercheurs autochtones et autres ont adopté cette forme d’enquête à la fois nouvelle et dynamique. Ces dernières années, un certain nombre d’études de pointe ont évalué les effets du lieu et de l’espace sur des événements historiques survenus en milieu colonial, certains chercheurs utilisant à cette fin les cadres épistémologiques des sociétés autochtones, alors que d’autres mettaient l’accent sur l’importance des conflits territoriaux dans l’histoire canadienne de manière générale. Le présent article évalue l’évolution des travaux savants en histoire–certains menés par des historiens, d’autres non–en ce qui concerne les sociétés autochtones, l’espace et le lieu, et les cadres épistémologiques intégrés à leurs traditions culturelles.