Abstract

De la longue mobilisation des intellectuels pendant la guerre d’Algérie ne demeure souvent dans les esprits que la Déclaration sur le droit à l’insoumission (ou “Manifeste des 121”), cependant loin d’être isolée: les pétitions se succèdent à un rythme tel que la “bataille de l’écrit” (Michel Crouzet) qu’est aussi la guerre d’Algérie a pu être assimilée à une “guerre des pétitions” (Jean-François Sirinelli). Pour comprendre le destin singulier de ce Manifeste, il faut se pencher sur ses prémisses, sa genèse et sa postérité. Apparaît alors ce qu’il engage, au-delà de la question de l’insoumission et des mesures répressives auxquelles il donna lieu: l’efficace d’une écriture collective, difficilement assignable puisqu’y contribuent ses adversaires ou contradicteurs. De fait, sa rédaction participe à l’ébranlement de la fonction auteur.

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 78-89
Launched on MUSE
2015-01-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.