restricted access Forbidden Texts: Erotic Literature and Its Readers in Eighteenth-Century France by Jean-Marie Goulemot (review)
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

B o o k R ev iew s les motifs communs d’une théâtralité pré-romantique (suicide, enchaînement, éléments néo-gothiques); ceux du lexique symbolique érotique (lait renversé, cruche cassé, femme lisant...); une fascination pour le travestissement (celui, en particulier, de “ vierges martiales” d’une féminité à dévoiler); ou encore le voyeurisme, latent à toute image mais renforcé dans le cadre du boudoir, des levers, couchers ou bains fréquemment illustrés. Mais il ressort surtout de cette analyse une prédilection très nette des gravures (et des textes) pour la femme passive et surprise; qu’elle soit endormie, pétrifiée ou “ enlevée” , ou que sa vulnérabilité (arbitrairement décrétée) soit érotisée par des tempêtes, noyades, expositions ou autres bûchers. D ’un réseau de motifs à l’autre, il s’agit en fait toujours de représenta­ tions de viols à peine voilées. Et elles déroutent d’autant plus qu’elles sont dénuées de réflexion concernant le caractère douteux des actes illustrés, l’agressivité masculine autorisant ses audaces en recourant, entre autres, aux mythes grecs ou bibliques. C’est cette violence des regards et désirs masculins qui frappe le plus ici; et ils restent d ’autant plus gravés dans l’esprit du lecteur/voyeur que ce dernier est obligatoirement inclus dans leurs actes d ’intrusion par tous les exemples textuels et visuels dont l’ouvrage est tissé: per­ mettant en plus d’apprécier la justesse des analyses, les nombreuses illustrations discutées sont en effet systématiquement reproduites (la plupart de manière très satisfaisante, ce qui n’est pas aussi simple qu’il pourrait le sembler), et les textes cités en français sont ensuite traduits. En résumé, ce livre met très bien en valeur aussi bien la puissance des gravures que l’ambiguïté des relations qu’elles entretiennent avec les textes à cette époque, et il témoigne de nouveau que l’illustration littéraire ne peut en aucun sens du terme être considérée comme un genre insignifiant. L ise L e i b a c h e r - O u v r a r d The University o f Arizona Jean-Marie Goulemot. F o r b id d e n T e x ts : E r o t i c L i t e r a t u r e a n d I t s R e a d e r s in E i g h t e e n t h - C ë n t u r y F r a n c e . Trans. James Simpson. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1995. Pp. xii + 167. S32.95. Forbidden Texts is a ground-breaking contribution to the growing body of scholarship on French erotic literature of the eighteenth century and contains excellent analyses of various aspects of the genre. By contrast, however, its overall rhetorical structure is obscure if not nonexistent. On the level of chapter and sub-chapter, this book is extremely success­ ful; on the level of the work as a whole, it is less than completely coherent. Perhaps the most original and compelling of Goulemot’s analyses is that of the paratextual elements of the erotic text (title page, epigraph, frontispiece, illustrations), where he argues that all such elements of a “ forbidden” book must be considered as an ensemble which announces the erotic nature of the work to the reader from the outset. At moments like this, Goulemot’s work consists of successfully integrating close reading of text and paratext with analysis of the material, socio-historical context of erotic literature. His dis­ cussion of narrative strategies in erotic novels and their relation to those strategies of verisimilitude at work in the larger literary context of the period is equally suggestive. The book also includes provocative treatments of the questions of censorship in the eighteenth century, of the distinction between the roman libertin and the pornographic novel, o f por­ nography as a paradigm of literary mimesis, and others. At its best (and I must underscore the fact that there are many such...


pdf