In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Mil seizh kant trizek ha pevar ugent (1793), ou la Révolution française en breton Paol Keineg C OMMENT SE FAIT-IL QUE les deux grands romans de la Révo­ lution française, Les Chouans et Quatrevingt-Treize, se passent pour l’essentiel en Bretagne (même si Hugo confond systéma­ tiquement Vendée et Chouannerie)? L’événement fondateur de I’EtatNation en France serait-il à ce point inexprimable qu’il faille en parler de biais, littéralement dans la marge? La Révolution ne peut-elle s’écrire que dans les “ résistances” 1qu’elle suscite? Mais alors, pourquoi la Bretagne, quand la Vendée offre l’exemple de la plus forte résistance et de la répression la plus sanglante? Il est bien difficile de répondre à cette question. Notons que, dès la Restauration, si l’on en juge par la fréquence de la représentation de la Bretagne dans les “ lithographies de paysage” , la Bretagne est à la mode.2Aux voyageurs et aux peintres romantiques, elle apparaît comme une terre éminemment exotique et étrangère, qui flatte le goût du sauvage, du surnaturel, de l’archaïque, et qui, mal connue d’eux, leur permet la projection de tous les fantasmes ethnocentriques. C’est une situation à laquelle certains écrivains bretons eux-mêmes ne sont pas étrangers, à commencer par Chateaubriand bien sûr, et de façon plus ambiguë, Hersart de la Villemarqu é et Brizeux. Quel tableau de la Bretagne et des Bretons trouve-t-on dans Les Chouans et Quatrevingt-Treize? Même en faisant la part des exagéra­ tions et distorsions romantiques, c’est un tableau peu amène. Le Breton semble participer à la fois du Sauvage et de l’animal. Pour Balzac, “ l’absence complète de nos lois, de nos mœurs, de notre habillement, de nos monnaies nouvelles, de notre langage [...] s’accordent à rendre les habitants de ces campagnes, plus pauvres de combinaisons intellectuelles que ne le sont les Mohicans et les Peaux-Rouges de l’Amérique septen­ trionale, mais aussi grands, aussi rusés, aussi durs qu’eux.” 3 Victor Hugo reprend la même idée, pour qui “ toutes nos tentatives, notre initia­ tive en législation et en éducation, nos encyclopédies, nos philosophies, nos génies, nos gloires viennent échouer devant le Houroux.” 4Les Bre­ tons vivent dans des galeries souterraines au milieu des forêts, véritables taupes fuyant la lumière française. “ Si l’on marchait là-dessus, c’était 62 S u m m e r 1989 K ein eg terrible. Ces halliers hypocrites, pleins de combattants tapis dans une sorte de labyrinthe sous-jacent, étaient comme d’énormes éponges obscures d’où, sous la pression de ce pied gigantesque, la révolution, jaillissait la guerre civile” (QT 225). Ces démons ont la force des brutes et, selon le mot atroce d’Hugo, ils parlent “ une langue morte, ce qui est faire habiter une tombe à leur pensée” (QT 221). En résumé, le Breton n’a pas de “ patrie” , mais un “ pays” , et même des “ pays” (QT240). Il existe une essence de la Bretagne, peut-être irréductible. Notons égale­ ment que Hugo, comme Balzac, établit l’équation Bretons = Chouans = Sauvages, et que pour Victor Hugo, il s’agira de “ percer” “ la vieille ombre bretonne” “ de toutes les flèches de la lumière à la fois” (QT242). Préfaciers et commentateurs de Balzac et de Hugo ne semblent pas s’être trop émus de ces divagations. Les erreurs notoires abondent, et ne sont pas relevées. On invoque Walter Scott, Fenimore Cooper, les exigences du roman historique. Or, ce tableau absurde d’une Bretagne plongée dans les ténèbres, on le retrouve tout au long du XIXe siècle. Qu’on en juge par ce qu’écrit Edouard Corbière, le père de Tristan, bourgeois installé en Bretagne, à Brest: La plupart de ces paysans sont encore plus grossiers que les peuplades que nous avons voulu policer dans le Nouveau-Monde. Il y a peu de temps que les lumières se répandent en Russie, et il n...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 62-73
Launched on MUSE
2017-07-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.