In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

630 LETTERS IN CANADA 2002 incluant Ie programme, I'ensemble des communications presentees, Ie compte rendu de l'assemblee generale, la liste des participants et les presentations telles qu'elles ontete proposees aux participants du colloque. Pour un public plus large, la formule adoptee a des avantages et des inconvenients, etles inconvenients de ses avantages. D'une part, Ie nombre et la variete des textes permet de se faire une bonne idee de ce qU'est la linguistique fonctionnelle (theorie, problematiques), de ce qu'elle fait (Iangues et phenomenes etudies) et de la fa,on dont on la fait (demarches et methodes). Ceux et celles qui ne sont pas familiers avec la discipline apprecieront I'accessibilite des textes, qui ne presupposent pas de connaissances de la theorie et du jargon de la discipline. IIs y trouveront, 11 plus d'un endroit,des references auxouvrages fondateurs du fonctionnalisme , surtout ceux de Martinet. IIs y trouveront egalement des idees de recherches qui peuventetreentreprises dans ce cadre, de part et d'autre de I'Atlantique. IIs y verront enfin comment la linguistique fonctionnelle permet (ou ne permet pas) d'articuler entre eux les volets theorie et application (enseignement de L2, traduction, etc.) de la linguistique. D'autre part, dans ce large panorama, les textes sont d'une qualite tres inegale. On passe d'une analyse originale de donnees nouvelles 11 un compte rendu de lecture, de methodologies rigoureuses et c1airement exposees ii des observations personnellesetimpressionnistes, de recensions de la documentation pertinente recente 11 des resumes «scolaires» des ouvrages de base, de bibliographies exhaustives ii I'absence de bibliographie . Bref, on passe du pireau meilleur etdu meilleur au pire. Cela n'est probablement pas etranger au fait que les textes sont tres courts. La brievete des textes peut conduire 11 un survol superficiel du sujet ou 11 une analyse ii peine esquissee du phenomene etudie. Somme toute, La linguistique fonctionnelle au lournant du siede plaira certainement au premier publicauquelils'adresse (Ies membres de la sILr). Pour Ie second public (linguistes d'autres courants, enseignants et chercheurs qui s'interessent 11 la langue), I'ouvrage presentera un interet variable selon que la brievete et I'heterogeneite des textes seront per<;ns comme une vertu ou un defaut. (ANNE-MARIE BROUSSEAU) Andree FortinINouveaux territoires de ['art. Regions, reseaux, place publique Quebec, Nota bene, call. Etudes culturelles, 2000, 319 p., 23,95$ Andree Fortin etudie dans Nouveaux lerriloires de I'art Ie phenomene recent et proliferant des symposiums de sculpture, de peinture et d'arts visuels, de festivals de musique c1assique ou contemporaine, de cinema qu'on observe dans Ie Quebec des regions. II y a Iii en effet une sorte de paradoxe. Au moment ou les solidarites culturelles tendent 11 s'intemationaliser, en tout cas 11 ne plus avoir besoin de referents identitaires nationaux ou UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003 / 4 SCIENCES HUMAINBS 631 territoriaux,se multiplientces manifestations artistiques en regions, comme si I'art Ie plus avance avait besoin de se situer quelque part entre I'individu et la planHe toute entiere, et trouvait son lieu d'ancrage non dans Ie territoire national, mais dans la region. Car il faut bien Ie comprendre, ces manifestations regionales n'ont rien de «regionalistes», au sens pejoratit du terme. Ce n'est pas precisement notre bon vieux folklore que I'on entendra au Festival de musique actuelle de Victoriaville, ni des paysages de cabane it sucre que I'on verra au Symposium de la jeune peinture de Baie Saint-Paul. Ce ne sont meme pas des artistes locaux, en revolte contre Ie peu de place qu'on,1eur ferait dans les grands centres, puisque tres souvent ces manifestations ont une dimension internationale et s'ouvrent largement aux artsites des grands centres. On comprend que Ie phenomene ait intrigue une sodologue de I'art qui s'interesse depuis longtemps it la fois it la question identitaire (A. Fortin, dir., Produire la culture, produire ridentitt!? Quebec, PUL, 2000; M. E1baz, A. Fortin et G. Laforest, Lesfrontieres de ridentitt!. Modernitt! et postmodernisme, Quebec, PUL, 1996) et au phenomene de la vie culturelle en regions (F. Harvey et A. Fortin, La nouvelle culture regionale, Quebec, IQRC, 1995; A. Fortin et D. Rompre, La sociabilite urbaine au Saguenay. Vie associative, solidaritt!s et dynamique communautaire, Centre universitaire SOREP, Chicoutimi ,1993)' Ce qui m'a surtout fascine dans ce livre stimulant, c'est I'idee d'un espace entre Ie particularisme et I'universalisme - poles entre lesquels se debat habituellement la pensee modemiste - et entre I'individu et un lieu postnational utopique - pas toujours clairement detini, et OU I'on retrouve Jiirgen Habermas, Giorgio Agamben et quelques autres. La region definie comme un lieu geographique precis, comme un lieu de rencontre (donc ayant une dimension d'intersubjectivite, de mitsein) a la fois entre les artistes et leur public, et comme lieu non permanent, saisonnier, ouvert it la fois sur I'interieur et sur l'exterieur, me parait, apres voir lu Andree Fortin, comme une solution originale au difficile probleme identitaire. Car de moins en moins, l'artisle d'aujourd'hui arrive it se retrouver dans une probJemalique nationale. Ses solidariles sont souvenl extranationales el visent it I'universe! mais, en meme temps, elles ne tiennent pas it ne garder qu'une reference abstraite it !'idee d'humanite. La region luifournit it la fois ce referent concret donI il a besoin et ne I'assode qu'it une cause librement choisie, si cause il y a, autre que celle de I'arl qu'il pratique. Une des dimensions imporlantes de ces manifestations regionales, c'est la reconnection inespereedeI'arlIe plus avance avec Ie public. Cette reprise du dialogue a ele particulierement benefique aux sculpteurs, el cela, des Ie premier Symposium de sculpture pres du Lac des Castors, sur Ie MonlRoyal . On raconle meme que Rita Letendre y fit la connaissance de Kosso Eloul, avec lequel elle parlagea sa vie par la suite. Les Symposiums de peinture sont peut-etre moins spectaculaires, et lous les arls n'ont pas des UNlVERSITY OF TORONTO QUARTERLYf VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003/4 632 LETrERS IN CANADA 2002 ambassadeurs aussi hauts en couleur qu'Armand Vaillancourt. Peu importe, it s'etablit un contact direct de l'artiste avec Ie public sans I'intermediaire du critique 11 qui d'aucuns donnent une dimension pedagogique importante. Certes, I'atmosphere conviviale, Ie torrent de bons sentimentsexprimes 11I'occasionde ces rencontres ne doit pas donner Ie change sur la profondeur du changement des mentalites. Je ne suis pas sur qu'it faille toujours saluer comme un bienfait de I'art postmodeme toutes les manifestations depeintures figuratives qui trouventun debouche inattendudans lessymposiums. rai toujours ete trouble parla proliferation des galeries d'art franchement commercial sur les lieux meme des principaux symposiums (Baie-Saint-Paul et Saint-Jean-Port-Joli) et je n'ai pas oublie I'impression fort penible d'un encan d'art organise 11 la fin de I'une de ces manifestations, OU it ne s'etait rien vendu. Autant I'artiste met de l'espoir dans I'art en direct, autant I'attention du public se detache de I'reuvre pourse portersurlui. La consequence est que I'reuvre demeure encore enigmatique et lui reste sur les bras. Si la revelation du processus de creation a une certaine fonction educative, il ne dispense pas d'un autre genre d'effort : I'interpretation de I'reuvre, I'appreciation de son originalite, de sa qualite et de sa signification historique. Cette interpretation necessite Ie discours du mediateur dont on voudrait faire I'economie. Le livre meme d'Andree Fortin en est la preuve, qui fait tant pour nous faire mesurer les enjeuxde cette nouvelle dimension de I'art d'ici et de maintenant. (FRAN<;:OI5-MARC GAGNON) UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003 / 4 ...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 630-632
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.