In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

552 LETTERS IN CANADA 2002 d'une approche qui justifierait les corpus d'analyse, ou tout au moins Ie rapprochement d'un temoignage surlesfermieres de l'Ontario, d'une serie de dedicaces et d'une etude brossardienne par exemple. En fait, toutes ces etudes doivent faire sens ii travers I'exploration du paradigme de la memoire des femmes, mais l'effet de dispersion enleve une grande partie de sa coherence ii I'ouvrage. Finalement, qu'en est-il du travail de la memoire dans Ie texte litteraire ou dans la parole des femmes? Comment s'elabore ou se construit Ie feminin dans Ie processus memoriel? Quelles marques laisse Ie registre de la sexuation dans la memoire ou l'oubli? De quelles memoires parle-t-on ici? Quel rapport entretient la memoire (ou la fiction) aveda realite? Questions ii peine posees. Sila pertinence etl'interet des articles inclus dans La parole memorielle des femmes ne fait en general aucun doute, la presentation et la structuration de l'ouvrage ne leur rendent pas toujours justice. Ainsi, ii titre d'exemple, l'excellente analyse de Sylvie Frigon sur les «Paroles incarcerees », peu integree au tout, tend ii se perdre dans ce livre. Toutefois, La parole memorielle... a Ie merite de poser Ie sujet en termes actuels: «Le discours memoriel des femmes, soulignentles directrices, estconfronte ii une specificite incontournable. En effet, meme lorsqu'elles s'affirment comme citoyennes au meme titre que les hommes, leur discours n'est jamais considere comme universel et renvoie toujours ii leur experience specifique. Celle-ci est au creur de la memoire des femmes, marquant de fa~on particuJiere leur rapport ii I'histoire» rapport ii I'histoire que les femmes ne cessent de questionner. (CLAUDINE POTVIN) Lucie Joubert, L'!tumour du sexe ou Ie rire des fiUes Montreal, Triptyque, 195 p. Nous pouvons compter sur Lucie Joubert pour mettre ii mall'idee re~ue selon laquelle l'humour est essentiellement masculin, pour cerner les differences entre I'humour masculin et feminin, et explorer les enjeux specifiques relies ii la presence - au ii I'absence - des femmes en humour. Dans L'humour du sexe au Ie rire des filles, I'essayiste soumet Ie genre de I'humour aux tests de la sexuation, de ses lieux d'inscription, de son rapport aux spheres du public et du prive. Le succes de I'humour mediatique surla scenequebecoise I'a inciteeii examiner de plus pres Ie cas des femmes sland up comics qui osentaleur tour manter sur les planches et se «donneren spectacle», rompant ainsi avec les regles et I'image imposees aux filles, silencieuses (I'art de la parole retenue, soignee, controlee) et souriantes (leur beaute ne supportant pas .d'etre defiguree par « les grimaces de la laideur» du rire, de la parole vive, voire du cri). Aux parametres psychologiqueslies au conditionnementseculaires'ajoutentles choix politiques (la place effectivement accordee aux femmes humoristes) et rhetoriques (que dire et comment Ie dire). La question du double UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003/4 SCIENCES HUMAINES 553 standard (deux poids, deux mesures) ne manque pas de surgir. L'idee re~ue que les femmes qui prennent leur place dans Ie monde reserve de I'humour ont un physique ingrat s'est vite imposee, une fa~on de les dissuader de s'investirdans un metiernon traditionnel (les institutrices,les bibliothecaires, les ecrivaines la connaissent bien). Quant aux instances artistiques et institutionnelles, tres selectives, elles s'occupent activement - aujourd'hui comme hier - de limiter leur nombre et leurs representations . LucieJoubertavance aussi qU'etre drOle etbelle reactive la legendaire propension des femmes, accompagnees et spectatrices, a la jalousie, et que les femmes qui se travestissent en hommes sont moins convaincantes pour I'auditoire que les hommes qui se travestissent en femmes (comme Ie personnage de Moman dans La petitevie). Les sujetsfeminins - etplusieurs humoristes mediatiques s'y risquent -Ies cantonnent a un public surtout feminin. Leur reussite professionnelle leur impose donc, plus qu'a leurs confreres, beaucoup de prudence, de censure et d'autocensure. L'une des rares pionnieres, Clemence Desrochers a conquis de longue haleine son public et acquis la consideration et I'estime necessaires pour oser dire qu'elle a «show» (a...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 552-556
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.