In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

548 LETIRES CANADIENNES 2002 se repetent dans les nouvelles et meme dans les -toumures de phrase, donnant a penser qu'un certain recyc1age de style prevaut sur l'unkite de la missive. En outre, on se demande ce qUi a motive Ie choix d'Yves Prefontaine dont la participation se limite a une seule lettre : teneur particuliere du message malgre la propension au recyc1age que je viens d'evoquer, ou visee institutionnelle compte tenu de la renommee du destinataire? Enervant aussi, cet ordre a un editeur: «Attention: ne pas ecrire "auteurE"», comme une insistance en majuscule arenier I'inscription de son genre. Entin, Ie texte aurait pu etre epure des passages dont la seule utilite est d'exposer la surenchere des activites des correspondants : certaines plumes rivalisent d'occupations en procedant a une enumeration non convaincante de leurs taches, de leurs deplacements, de leurs livres en chantier, des prix et honneurs remportes...etc.Cette course a la realisation de soi-meme a tout crin a quelque chose de gla<;ant. Vivement les echanges de perspectives culturelles et litteraires, ou humaines, tout simplement: c'est ce qui importe, surtout, dans cet ouvrage. (LUCIE JOUBERT) Evelyne Voldengt, en coIL avec Georges Riser, Lectures de l'imaginaire. Huit femmes poetes des deux cultures canadiennes 1940-1980 Orleans (Ontario), Les Editions David, Presses universitaires de Valenciennes, 2000,236 p., 15$ Comment rapprocher dans une seule etude bien focalisee les femmes poetes du Canada anglais et du Quebec? Quel serait Ie point commun d'une telle rencontre ? Dans cet ouvrage qui n'est ni comparatiste ni feministe, mais plutot hermeneutique, Evelyne Voldeng pratique une critique ayant pour point de depart une interrogation personnelle d'une poesie ayant comme element essentiel de sa structuration Ie discours mythique. Elle soumet huit poetes canadiennes, actives entre 1940 et 1980, a une lecture qui cherche a decouvrir les particularites de leur univers semantique . Dans huit chapitres assez autonomes (en effet rares sont les constatations de I'un qui decoulent sur les autres), Voldeng repere les noyaux organisateurs dans l'reuvre de chaque poeteetmeten evidenceleur syntaxe de I'imaginaire. Ces noyaux sont reveles d'emblee aux lecteurs par Ie titre des chapitres: «Rina Lasnier ou l'unite refaite »; «Anne Hebert ou l'avenement de la parole»; "P. K. Page ou la quete d'un autre espace»;«Margaret Avison ou la quete du 'pivot signifiant'»; «Suzanne Paradis ou la chevauchee imaginaire vers Ie solei! de l'absolu »; «Jay Macpherson ou Ie reve anagogique »; «Margaret Atwood ou la double Persephone» et« Nicole Brossard ou la quete du 'corps generique' ». Certains de ces schemes nous sont deja trop familiers, car ils ont ete exploites ailleurs, surtout pour les auteures quebecoises. II s'agit donc d'analyses qui a UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUMB 73, NUMBER 1, WINTER 200) / 4 SCIENCES HUMAINES 549 l'instar de Jean Burgos tentent de montrer « une raison mythique bien differente de celle qui preside 11 I'intelligence discursive» (Burgos, Pottr une poiitiqtte de l'Imaginaire). Pour ce faire, Voldeng utilise une methode toute faite qu'elle dessine de fa~on beaucoup trop schematique dans Ie deuxieme chapitre, «Pour une . poetique de I'imaginaire », dans l'intention d'eciairer les non-inities. Les sources et les raisons de cette approche critique, qui s'inspire de la phenomenologie et de l'anthropologie, ont ete explicites par Gaston Bachelard (Cair et les songes, 1943), par Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l'Imaginaire, 1960), et plus recemment par Jean Burgos dans Pour une poetique de l'Imaginaire (1982). Ces textes fondateurs constituent la base de la methode de Voldeng et restent les meilleurs manuels pour ses lecteurs et lectrices desireux de comprendre Ie comment et Ie pourquoi de la poetique de I'imaginaire. Prenant comme point de depart I'image poetique, parce qu'elle« donne 11 voir autre chose et avivre autremen !», Voldeng examine les rapports et les modes de relations des images entre elles; elle identifie les constellations d'images et sonde les schemes revelateurs de sens.Cette base etablie, elle peutdecrire Ie systeme dynamique qui structure l'aspect semantique de l'reuvre et peut ainsi preciser sa syntaxe de I'imaginaire. Elle explique ainsi Ie caractere non predetermine · de cette approche : «L'image symbolique est en eifet, par nature, 11 la fois subjective etplurivalente,susceptible de divers renversements de sens». Le systeme dynamique de structuration du texte poetique, necessitant une approche relativement malleable est mieux explique par Jean Burgos luimeme : «[5ji ces images font eciater d'abord les structures linguistiques en place pour instaurer un autre ordre de structuration, ce nouveau principe d'organisation ou raison poetique n'est pas diete par les contenus des images mais par la fa~on dont les schemes utilisent ces contenus en fonction de la tendance 11 laquelle ils se rattachent et de l'attitude qu'ils manifest~t ». Cette approche accorde un rOle predominant 11 l'acte de lecture, parlequelles forces qui determinent I'organisation de I'ecriture du texte poetique «et assurent son developpement progressif vont se trouver non pas seulement reactualisees mais regenerees et prolongees dans leurs potentialites» (Burgos). Ainsi s'expliqueI'aspect «subjectif» de la methode qui rejettela raison discursive (tropsuperficielle) et privilegieI'inconscient; selon Gilbert Durand, on doit chercher « les categories motivantes des symboles dans les comportements elementaires du psychisme humain ». Les lectures « personnelles » de la critique reposent donc sur Ie travail d'archetypologie identifiantlesschemes, constellations d'images,symboles et archetypes qui deviennent les outi1s indispensables 11 l'identification de la configuration particuliere de chaque univers imaginaire. Bien que les lectures que propose Voldeng soient pertinentes et respectent la methode, malheureusement, elles ne sont guere innovatrices. En UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER I, WINTER 2003/4 550 LETIRES CANADIENNES 2002 voulant etudier, dans un seul ouvrage, l'reuvre de huit poetes tout en utilisantune approche critiqueaujourd'huipeuconnue,l'essayistes'oblige a condenseren une vingtaine de pages pour chaque poete Ie resultat de ses recherches. Au Quebec, pendant les annees 1960 et 1970, de nombreux critiques universitaires avaient mieux commente les textes poetiques d'Hebertet de Lasnier, surtouta I'aide de ce langage critique, sans toujours mettre en evidence la methode elle-meme. Cependant Lectures de rimaginaire apporte du nouveau en sondant I'imaginaire dans I'reuvre poetique de Suzanne Paradis et de Nicole Brossard, ainsi que dans celles des quatre poetes du Canada anglais, rarement sinon jamais lues selon cette perspective . Meme ces lectures sont tres inegales et ne soulignent pas suffisamment bien ce qui distingue chaque reuvre poetique. De surcroit, comme la tendance primcirdiale chez chacune des poetes est soi-disant la quete d'unite, I'analyse deVoldeng arrive inevitablementadegagerd'assezfortes similarites dans les schemes identifies. Deux exceptions cependant font notre bonheur. Voldeng respecte moins fidelement sa methode dans son etude sur Margaret Atwood: elle se seri en effet des romans comme intratexte , strategie qui lui permet de mieux nuancer sa categorisation. C'est aussi Ie cas pour son article sur Nicole Brossard lorsqu'elle reconnait son "discours de la modernite qui se fonde sur la conscience du signifiant et sur l'ecriture en tant qu'activite desirante ». Loin d'etre un abus de la methode, ces variantes en font partie integrante comme I'explique d'ailleurs Burgos: ,, [Ijl sera utile, toutes les fois du moins que la chose sera possible, de rechercherles sources, tantpsychologiques que culturelles, des images en presence, afin de delimiter leurs situations virtuelles, mais sans que cela presage en rien Ie sens qu'elles prendront finalement, dans leurs correlations etmetamorphoses, a l'interieur du texte». Methode quasiintuitive donc qui demande du critique les memes qualites qU'elle exige de ses sujets: discipline aussi bien qu'erudition et imagination. En depit de la faiblesses des lectures, cet ouvrage servira surtout a introduire I'reuvre de poetes canadiennes au dela de nos frontieres. Cet objectifestevident dans les choix qu'a faits Voldeng: une explication schematique d'une methode mieux connue en France et en Europe generalement qu'en Amerique du nord; un ape,,;u condense de l'histoire de la poesie au Canada et au Quebec qui en reprend d'autres mieux reussis; la traduction fort utile en fran~ais de toutes les citations originales en anglais, y compris les pomes. Offert en coedition, Lectures de rimaginaire atteindra et servira son public cible: les canadianistes et autres lecteurs assoiffes de nos ecrits. Cette etude leur facilitera la decouverte de certaines de nos meilleures poetes. Chez nous, elleservira aredonner peut-etreIe goutpour les etudes comparatives de nos litteratures canadiennes, et, esperons-Ie, a provoquer des etudes vraiment comparatives de nos femmes poetes. (ESTELLE DANSEREAU) UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003/4 ...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 548-550
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.