In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

536 LETfRES CANADIENNES 2002 Eventailinattaquable,certes, mais dontla trilogiejeminist/lesbian/gay fait un peu sourciller :la rectitude politique a des raisons que Ie chercheurne comprend pas toujours. La recension des articles sur les reuvres se fera donc de fa~on chronologique, tout simplement, etnon par auteur: un index des critiques et un index-sujel completent I'ouvrage et eliminent tout danger de confusion; un resume du texte critique facilite la recherche. La methode a l'avantage de faire ressentir au lecteur Ie «poids» institutionnel qU'acquiert Blais au fil de son reuvre et d'illustrer la mouvance de la critique et les creneaux de recherche qui se sont succede tout au long de son parcours: jamais it la mode mais jamais demodee, du moins aupres du grand public, l'reuvre de Marie-Claire Blais tient son public en haleine depuis plus de quarante ans.Un publicfriand de details: j'aurais aime savoir parexemple, en note explicative peut-etre, si Ie roman Un joualonais, sa joualonie, repris en France sous Ie titre Acreur joual, avait subi d'autres modifications. Ironie des choses ou enieme preuve que nul n'est prophete en son pays, i! aura fallu la passion et I'opiniatrete de deux anglophones pour que se realise celte bibliographie d'une des auteures les plus importantes de la litterature quebecoise. Marie-Claire Blais, el c'est lit une des constatations generales qui emanent de la lecture de cet ouvrage de reference essentiel, touche tout Ie monde, litteralement. Apreuve: des quarante-huit theses ou memoires qui lui ont ele consacres Gusqu'en 1998), dix-huit seulement proviennent du Quebec. C'est ail/eurs, majoritairement, qu'on se penche academiquement sur son reuvre... Les chercheurs peuventdoncse rejouir deposseder maintenantune telle somme bibliographique. Reste it lui souhaiter une diffusion efficace : redigee en anglais, elle passe peut-etre inaper~ue chez l'aulre solitude. Ce serait une perte pour la recherche. (LUCIE JOUBERT) La iitteratuTe franco-ontanenne: voies nouvelles, nouvelles voix, s. la dir. de Lucie Holte, avec la coll. de Louis Belanger et Stefan Psenak Ottawa, Le Nordir, 2 002, 278 p. Yolande Grise, «Ontarois, on I'est encore!» Ottawa, Le Nordir, coll. Roger-Bernard, 435 p., 40$ Normand Renaud, Deface et de billet. Une chronique d'humellTfranco-olltarienne Subdury, Prise de parole, 252 p., 20 $ La litterature franco-ontarienne, qui reunit les actes d'un colloque tenu it l'Universite d'Ottawa en 2001, discute des reuvres tres "kenles d'auteurs connus ou moins connus, programme touffu qui aI'avantage de donner un .portrait ressemblant de la litterature franco-ontarienne tres contemporaine et de ses tendances dans Ie contexte de son evolution. UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER I, WINTER 200) / 4 SCIENCES HUMAINES 537 Jusqu'it tres nkemment, on avait per~u la litterature franco-ontarienne comme etant relativement homogene dans ses themes (identite, marginalite ), dans sa representation de l'espace, sa predilection pour les genres de la poesie et du theatre, de meme que dans son attrait pour une langue farniliere. Cependant,cettelitterature s'estcontinuellementtransformeeen trois decenrues pour atteindre une rare maturite, comme Ie resume Lucie Hotte dans son introduction it ces treize essais publies sous sa direction. Les changements qui la caracterisent portent sur les reuvres autant que sur«les divers aspects de leur production et les mecanismes de diffusion ». ResumantAnnie Pronovost, qui critique dans son essaila definition des litteratures rnineures proposee par Deleuze et Guattari, Hotte affirrne ainsi dans son introduction qu'« on ne peut retenir que l'ancrage politique et la voix collective pour definir ces corpus litteraires », car Ie projet social occulte souvent la litterarite de I'reuvre. On sait d'ailleurs que la derniere generation d'ecrivains franco-ontariens a souventfait des choixesthetiques qui reaffirment Ie caractere litteraire de I'reuvre. Selon Joel Beddows, des dramaturges comme Robert Marinier et Patrick Leroux se distinguent de leurs predecesseurs entre autres en mettant l'accent sur ['aspect formel de l'reuvreet en situantsouvent leurs pieces dans les grandes villes, anonymes ou non. Jane Moss resume bien [a situation sociologique que reflete cette nouvelle litterature: « [A]u risque de ['assimilation, les francophones de l'Ontario ont accepte ['urbanisation, [a modernite [...] et Ie multiculturalisme », de meme que leur...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 536-540
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.