In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

512 LETTRES CANADIENNES 2002 Politique de In parole: singulariU et COmmUllallte, s. la dir. de Pierre Ouellet Montreal, Editions Trait d'union, coIl. Le soi et I'autre, 280 p., 24,95$ CommunaHte de sens: identites litteraires et sens connnUl1, s.la dir. de Frederic Boutin, Daniel Laforest et Pierre Ouellet Quebec, Montreal, Cahiers du CELAT, uQAM, 179 p. Voici deux ouvrages collectifs diriges par Pierre Ouellet, Ie second en collaboration. Poli/iquede la paroles'attacheit l'examendu conceptd'identite - interroge face au constat du morcellement de l'individualite et a I'amenuisement de la motivation subjective au sein des collectivites - par Ie truchement des notions -de singularite et de communaute, con~ues respectivement en termes d'anomalie, d'exception, d'existence apart, et de don ou de dette 11 l'egard des autres, favorisant l'echange de nos manques,«Ie lien social n'existant que parce que nous sommes absolument delies ». La parole devient alors ce moyen de sortir de soi, de se depasser dans une intersubjectivite en acte. La question que pose ce livre est donc de savoir quels sontles nouveauxmodeles de socialite et de communaute mis aujour dans les pratiques ethiques et esthetiques de Ia parole, celles de l'art et de la litterature enparticulier, en tant qu'ils viennentsuppleer aux representations devenues deficientes de notre imagination politique, figee dans ses categories oppositionnelles et incapable de penser I'alterite en dehors du face aface conflictuel appropriation/ expropriation, inclusion/exclusion, appartenance/non-appartenance.Au dela des systemes de valeurs constitues , des ideologies et des axiologies, existerait un «partage du sen-sible» aacques Ranciere) qui tirerait son origine de l'enonciation esthetique, de Ia production et de Ia reception d'reuvres d'art, devenues ainsi des lieux privilegies propres a favoriser des mutations de la maniere de coexister, d'etre ensemble dans la Cite et de se sentir soi dans Ie rapport a la pluralite. Sans doute aurait-il ete utile de se souvenir et de rappeler I'importance de la reflexion de Segalen sur l'exotisme, en particulier sa conception d'une esthetique du divers, qui semble bien anticiper cette nouvelle fa~on de penser Ie rapport a ['autre qui est au creur du present ouvrage. Car c'est la relation intersubjective qui est proprement fondatrice, dans Ia mesure ou i1 n'y a pas de subjectivite originaire, Iesujetenonciateurne pn?existant pas aI'acte d'enonciation qui Ie constitue en tant que tel dans I'experience partagee avec la multiplicite des autres au sein de laquelle i1 cohabite. Conscients de la necessite de fonder une veritable politiquede la parole qui servirait de tremplin a une reflexion renouvelee sur Ie monde actuel, en dehors des reactions identitaires de tous horizons, qu'elles soient de tendance theocratique ou technocratique, les auteurs de cet ouvrage, dans leur attention portee aux manifestations d'un nouvel ethos enonciatif oula relation entre soi et I'autre serait posee differemment, tentent de comprendre I'effet sur Ie plan social et politique de I'avenement de formes identitaires radicalement autres. UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 7), NUMBER 1, WINTER 2003 / 4 SCIENCES HUMAINES 513 Cette quete d'une politique de la parole est aussi la recherche de nouvelles fondations pour un dialogue respectueux et constructifentre soi et l'autre, au moyen d'une interrogation de I'experience conjuguee de I'esthetique et du politique. Elle donne lieu 11 de multiples cheminements critiques, theoriques et reflexifs prenant pour objets tant6t la singularite nietzscheenne con~ue comme chevauchee pulsionnelle (Jean-Pierre Faye), tant6t la nature du ressentiment saisi comme mode de production ideologique (Marc Angenot), Ie declin du symbolique et I'emergence de nouvelles frontieres, en particulier l'hybridite appliquee it la definition de l'humain (Regine Robin), ou encore la question de savoir comment on devient taliban americain d'apres I'exemple de John Walker Lindh engage dans un devenir musulman qui interpelle la logique du «nous sommes tous americains» issue du 11 septembre 2001 (Catherine Mavrikakis). On y trouve aussi des reflexions portant sur I'apparition de nouvelles formes mediatiques qui sont comme autant de territoires virtuels, depourvus du poids de I'Histoire, OU Ie sujet postmoderne surgit devant ses pairs (Michael La Chance), sur Ie...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 512-514
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.