In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

university of toronto quarterly, volume 73, number 1, winter 2003/4 Lettres canadiennes 2002 SOUS LA DIRECTION DE MICHEL LORD Roman PIERRE KARCH Cette année, je me suis demandé si les éditeurs avaient une politique éditoriale. Je n=ai pas de réponse à donner. Mais pour aider mes lectrices et mes lecteurs à se faire une idée sur le sujet, j=ai cette fois-ci regroupé les œuvres par maison d=édition. BORÉAL Un jardin entouré de murailles de Robert Lalonde est un roman bilingue, mettant en vedette Marguerite Yourcenar et Grace Flisk venues * à Montréal et à Ottawa, à l=automne 1957 +. J=avoue ne pas beaucoup aimer les romans qui mettent en scène des personnages réels à qui l=on prête des gestes qu=ils n=ont pas faits et des paroles qu=ils n=ont pas dites. À moins, bien sûr, d=avoir le génie de Balzac ou d=Alexandre Dumas. Ce roman ne m=apprend rien de pertinent sur l=écrivaine qui a eu l=honneur d=être la première femme reçue à l=Académie française. * Je regrette d=avoir échangé ma vie contre un plat de sécurité d=emploi. Je plains de tout mon cœur les jeunes qui se dirigent vers les lettres, l=enseignement, l=éducation. + Ces phrases, écrites au tout début de La gloire de Cassiodore de Monique La Rue, donnent le ton à ce qui va suivre. Il sera, en effet, question de la vie qu=on mène dans un collège et en dehors des heures de travail, d=infidélité, de vengeances soignées, de la triste médiocrité de ce qui passe aux yeux des autres comme l=existence un peu éthérée de ceux qu=on appelait autrefois des * intellectuels +. Ici, ils font plutôt mauvaise figure, ce qui n=empêche pas l=auteure de multiplier les portraits. Il y en a tellement, en fait, que le lecteur finit par en trouver un qui lui ressemble ou, comme c=est plus souvent le cas, qui lui rappelle un pauvre professeur moins reluisant que les coudes usés de sa veste, quelqu=un comme Garneau qui se félicite d=une réplique aussi banale que celle-ci : * Le client a toujours raison. + De la nullité du personnage, on passe sans heurt à la vacuité de l=intrigue. C=est à se demander si l=auteure n=a pas relevé le défi que Chenail lance à Pétula qui prétend qu=il ne se passe rien d=intéressant dans un collège : * Mais justement ! Faites un roman sur le 382 lettres canadiennes 2002 university of toronto quarterly, volume 73, number 1, winter 2003/4 rien ! Un roman sur ce qui se passe quand il ne se passe rien ! + Le lecteur, désenchanté, tourne par devoir les pages jusqu=à la dernière : * C=était la fin d=une dure année. Or que s=était-il passé de si dur ? Rien qu=on puisse raconter vraiment. + Le lecteur n=a pas à être étonné de cette chute; on l=en avait bien averti dès le début de sa lecture. DAVID Nancy Vickers n=en finit pas de raconter des histoires érotiques. Dans La petite vieille aux poupées, elle parle d=inceste. La petite vieille en question s=est fait violer par son père. De lui, elle a eu deux enfants qu=il a aussitôt tués et enterrés sur sa ferme. Quand elle l=a dénoncé à une voisine et au curé, les deux confidents qu=elle avait choisis ne l=ont pas crue. On enferma Desneiges . Au moment du récit premier, elle est septuagénaire. Elle n=est plus à l=asile, mais dans un foyer d=où elle peut sortir de temps en temps. Lors d=une de ces sorties, elle rencontre Barbara, la narratrice, et elle se confie à elle. À la fin, on apprend que Desneiges disait vrai. Il est trop tard pour elle, mais non pas pour Barbie qui a connu un sort semblable au sien. Son agresseur n=était toutefois pas son père, mais son oncle. L=important pour...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 381-399
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.