In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

GUY ROCHER Un demi-siecle d'evolution culturelle au Quebec INTRODUCTION Lorsque j'etais un jeune professeur de sociologie, au debut des annees 50, nous recevions, mes collegues et moi, des invitations d'univer5ih~s canadiennes pour aller expliquer pourquoi Ie Quebec n'avait pas change, s'attachait ason passe et demeurait comme fige au Is·me siecle. Depuis la fin des annees 60, on nous invite adire pourquoi Ie Quebec a rapidement bouge, dans quel sens il evolue et ce qu'il risque de devenir a breve echeance ou it long terme. C'est lit un indice assez mince, trop personnel peut-Nre, de la mutation qu'a connue Ie Quebec au cours des dernieres annees. Mais il n'en est pas moins valable. Qui aurait quitte Ie Quebec dans Ie annees 30 et y reviendrait aujourd'hui, retrouverait une societe profondement modifiee, ou du moins qui donne I'impression d'avoi.r connu de profondes modifications. Car il est possible qu'il y ait Iii une part d'illusions, nous y reviendrons plus loin. Mais Ie contact avec les personnes, les institutions, la Iitterature, Ie dimat general du Quebec, nous incite ii croire it une evolution certaine. Les cinquante dernieres annees n'ont certainement pas ete marquees au coin de la stabilite, de la continuite, de la permanence du statu quo. Et si l'on consulte les ecrits necents des 'observateurs professionnels' de la societe - politicologues, ethnologues, sociologues - l'image d'un Quebec mouvant, mutant, changeant s'accentue encore davantage, devient presque une obsession, atout Ie moins un lieu commun. 1 n ne faut pourtant pas croire qu'il n'y avait pas eu de changements avant les annees 30. De grands brassages s'etaient produits it la fin du I9,me siede et au debut du 20'me. Mais ils affectaient surtout les structures et I'organisation sociale du Quebec, sans atteindre beaucoup sa mentalite . C'est en effet a cette epoque que se sont effectuees la revolution industrielJe et I'urbanisation du Quebec. De rural et artisanal qu'il etait jusqu'au milieu du 1g eme siede, il s'est progressivement industrialise et urbanise, en se polarisant autour de certaines grandes agglomerations: tout d'abord Quebec et Montreal, puis progressivement surtout Montreal . Le dedin de la ville de Quebec comme second pole industriel important est un evenement majeur et malheureux du developpement structural et culturel du Quebec. 16 GUY ROCHER Cependant, l'urbanisation et l'industrialisation de cette periode ont ete vecues par les Quebecois francophones avec une mentaliti pre-industrielle. C'est sans doute ce qui frappait les observateurs des annees 30 et 40: Ie Quebec ressemblait II un de ces lieux OU les flots de deux grands cours d'eau se rencontrent sans se meIer encore. Des elements de la societe traditionnelle et de la societe industrielle s'y cotoyaient sans s'interpenetrer . Tandis que dans Ie Quebec rural, de grandes regions demeuraient toujours des enclaves bien protegees de societe purement traditionnelle. Le Quebec etait industriel par son mode et ses rapports de production, sa division du travail, l'amenagement de son territoire, la concentration urbaine de sa population; il etait pre-industriel par sa mentalite, son ideologie, sa morale, son ethos. A telle enseigne qu'on hesitait II dire du Quebec qu'il etait une societe industrielle; c'etait plutot, selon Ie titre de 1'ouvrage d'Everett C. Hughes II cette epoque, une societe 'in transition'. ' Cela s'explique pour une part parce que Ie Quebecois francophone n'etait pas responsable de l'industrialisation de son pays. Celle-ci se faisait sous les auspices de capitaux etrangers ou II tout Ie moins canadiens -anglais, et sous !'impulsion d'une main-d'ceuvre qualifiee II laquel- I Ie les Canadiens fran~ais ne contribuaient qu'aux echelons inferieurs. Si ces derniers en retiraient quelque benefice, ce n'etait pas atitre de partenaires ni d'actionnaires, rnais d'employes subalternes. Cette situation apparalt sous une lumiere crue lorsqu'on etudie, comme cela a ete fait, la ligne de partage linguistique dans 1'entreprise. Celle-ci se situait au I niveau du contremaltre dans la plus grande partie des entreprises importantes , jusque vers les annees...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 15-28
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.