An Anthology of Nineteenth-Century Women's Poetry from France by Gretchen Schultz (review)
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by
Schultz, Gretchen. An Anthology of Nineteenth-Century Women's Poetry from France. New York: The Modern Language Association of America, 2008. Pp. xl + 364. ISBN: 978-60329-029-651195

Dans cette anthologie, Gretchen Schultz propose une réhabilitation du travail de quatorze poétesses françaises du dix-neuvième siècle et tente d'atténuer les lacunes restant à combler dans le domaine de la lecture de la poésie de femmes. Les textes et leur traduction en anglais sont précédés d'une introduction qui propose une réflexion critique sur l'écriture poétique au féminin et détaille la contribution essentielle de ces grandes oubliées du paysage littéraire de l'époque. Schultz avait déjà publié une étude captivante en 1999 intitulée The Gendered Lyric: Subjectivity and Difference in Nineteenth-Century French Poetry où elle analysait le rôle et le statut des femmes dans le champ poétique français, ainsi que le thème du genre dans la poésie. Ce nouvel ouvrage propose derechef ces questions, mais son originalité vient aussi du fait qu'il constitue l'une des rares traductions anglaises de poèmes de femmes françaises du dix-neuvième siècle.

Cette anthologie vient tout d'abord élargir la perspective de la poésie française de l'époque sans pour autant chercher à en contredire le canon traditionnel. En effet, Schultz parvient non seulement à proposer des textes souvent ignorés, mais aussi à témoigner d'une variété de styles et de partis pris tout à fait similaire à celle rencontrée dans le travail des poètes masculins. Aucune surprise à découvrir Marceline Desbordes-Valmore placée en ouverture, puisqu'elle est relativement reconnue et publiée de nos jours, tout comme Renée Vivien qui clôt l'ouvrage. En revanche, les poèmes de Desbordes-Valmore sont suivis de travaux peu ou pas diffusés, comme ceux de Louise Colet, Louise Michel, Nina de Villard, Judith Gautier ou encore Gérard d'Houville. Hormis le fait que des poétesses représentatives de l'entre-deuxsiècles, comme Adelaïde Dufrenoy ou Constance de Théis, n'aient pas été retenues, cette sélection établit le fait que ces femmes ont largement participé à la production poétique de leur temps. Trois grands chapitres structurent et regroupent les textes: "Romanticism: Revolution and Interiority," "Reaction and Rebellion: Parnassianism, War and the Fall of Empire" et enfin "The Promises of Symbolism." Ce découpage raisonné en mouvements et époques est particulièrement approprié car il permet de réaffirmer la contribution des poétesses au champ tout entier de la poésie française du dix-neuvième siècle. Tout comme leurs homologues masculins, elles ont en effet nourri les changements qui ont marqué le genre au cours du siècle. La contribution de Marie Krysinska dans le domaine du vers libre ou encore la poésie urbaine de Malvina Blanchecotte en sont des exemples.

Dans une perspective plus féministe, les textes et l'introduction proposés par Schultz déconstruisent certains clichés, notamment en attestant que ces poétesses dérangeaient l'équilibre des canons patriarcaux en défiant la dichotomie traditionnelle [End Page 319] entre le masculin sujet et le féminin objet. En prenant la plume, elles rompaient cet équilibre et s'exhibaient impudiquement dans une sphère interdite. La grande variété des registres thématiques reflétée par ces textes qui abordent l'amour, les problèmes sociopolitiques ou encore la sexualité rappelle que les femmes faisaient pourtant bien avancer les débats intellectuels, artistiques et politiques de l'époque. Ce recueil détourne par conséquent l'idée d'un féminin purement lyrique et strictement enchaîné à la sensibilité romantique et affirme la réappropriation par les femmes de leur subjectivité. Ces voix de femmes attestent qu'écrire constitue à la fois une dérogation volontaire aux codes de féminité construits et contrôlés par les hommes et l'affirmation publique d'une identité propre et d'une individualité féminine plurielle.

La majeure partie de cet...


pdf