In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Les Tablettes de buis d'Apronenia Avitia :à la recherche du manuscrit perdu
  • Camilo Bogoya

Avec Les Tablettes de Buis d'Apronenia Avitia1, roman publié avant Le Salon du Wurtemberg (1986), Quignard propose sa première œuvre importante. Nous allons voir que Les Tablettes n'est pas seulement une œuvre intéressante étant donné son caractère de mimo-texte, mais qu'elle correspond aussi à l'invention d'un faux hypotexte qui sera ici examiné. Elle réunit les traits fondamentaux de la poétique quignardienne que nous allons tenter d'analyser.

Une illusion d'intertextualité

Les Tablettes est à première vue une œuvre originale. Qu'est-ce qu'être original ? Dans Sur le jadis, Quignard rappelle la démarche des auteurs classiques concernant le mythe de l'originalité, approche dans laquelle il s'inscrit :

Pour les traditions classiques dans toutes les civilisations à langues mortes l'invention n'est ni dans les sujets ni dans les formes mais dans la mise en œuvre linguistique. Être original, c'est être près de l'origine. C'est élire un ancien que tous les autres contemporains ont laissé sans postérité d'imitation. En Chine un mandarin ; à Rome un patron ; en Sicile un parrain2.

De ce fait, avec Les Tablettes, Quignard choisit une patricienne, personnage fictif qui aurait rédigé une série de fragments à la fin de l'empire romain, et une tradition pour ainsi dire stylistique, celle du journal écrit en fin de vie. Les deux axes se superposent de manière à ce que la tension entre originalité et imitation soit constante tout au long du texte. Pour traiter de cette problématique, nous allons nous attarder sur la première partie des Tablettes, la notice biographique intitulée « Vie d'Apronenia Avitia » (Tablettes 11-34).

Dès la première page, deux singularités définissent la portée de cette vie : son silence vis-à-vis de l'Histoire et, en conséquence, l'indifférence des historiens vis-à-vis de ses écrits. En effet, la vie de l'héroïne commence en 343 et se termine en 414 ; dans ses lettres comme dans ses fragments « on ne trouve pas une remarque qui évoque la fin de l'empire » (Tablettes 11). L'originalité de cette patricienne lui aurait valu le mépris des historiens. Son silence concernant les événements qui renversèrent la Rome impériale s'oppose au travail de reconstruction du narrateur lettré. Ce que ne dit pas [End Page 12] Apronenia Avitia est dit par le narrateur dans la première partie, un narrateur qui ne peut pas tourner le dos à l'Histoire. De ce fait, cette partie se dresse comme un procès en réhabilitation, sorte de travail contre un oubli non mérité. Le narrateur agit en tant que spécialiste, reconstruit une vie et un arbre généalogique, une époque, une atmosphère qui est celle de l'époque dont Apronenia Avitia faisait partie. Nous sommes face à une tâche encyclopédique propre aux historiens, tâche nécessaire car « le dispositif du roman exige que ces 'tablettes' soient d'abord situées par un narrateur qui se présente plutôt comme un érudit, un historien de la latinité tardive »3.

Ainsi, dans cette fresque de l'époque, le lecteur voit défiler la division de l'empire, les choix du Sénat, la présence de plus en plus forte du christianisme dans l'aristocratie sénatoriale, le débat sur les dieux nationaux, les trois sièges subis par Rome. Cette palette historique déployée par le narrateur montre à quel point l'indifférence ou la pudeur silencieuse d'Apronenia Avitia témoignent d'un rejet du présent avec des conséquences pour l'écriture. La première conséquence en est en ce chapitre encyclopédique qui creuse dans le mystère du silence en accumulant des détails au fil d'une chronologie rigoureuse, en proposant au lecteur un texte plus proche de l'essai, voire de l'édition critique. Dans cette « Vie », il s'agit de présenter une description générale du livre, de méditer sur les...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 12-21
Launched on MUSE
2012-03-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.