restricted access Œuvres, 3 vols., La République des Lettres 11, 12, 13 (review)
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Les trois premiers volumes des œuvres choisies de Jean Potocki (1761–1815) ont été édités par François Rosse et par Dominique Triaire qui a aussi établi les textes. Comme il s'agit d'éditions savantes chaque ouvrage a « été reproduit dans le respect total des graphies et de la ponctuation » pour « présenter des textes dans leur état originel » (1:vi). Les éditeurs ont inclus dans l'appareil critique de chaque œuvre une présentation, des notes et, s'il y a lieu, un choix de variantes. On a aussi indiqué les itinéraires des Voyages.

Le Voyage en Turquie et en Égypte, fait en l'année 1784 (Paris, 1788, et Varsovie, 1789) (1:1–58), est composé par des lettres que Potocki avait écrites à sa mère, et six nouvelles orientales dans lesquelles il a pastiché le style et les thèmes du genre. Deux oncles de l'auteur l'ont accompagné jusqu'au port de Cherson sur la Mer Noire. Ces grands exportateurs de blé voulaient assister sans doute à l'embarquement de leurs cargaisons et auraient peut-être demandé à leur neveu de surveiller ce transport et de prendre contact avec leurs correspondants en Turquie. Potocki a été ébloui par Constantinople. Ses descriptions des coutumes et des loisirs de ses habitants nous prouvent qu'il avait déjà lu Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau parues deux ans plus tôt. Son séjour en Égypte serait en partie du moins à l'origine de l'intérêt qu'il a voué aux anciennes chronologies égyptiennes.

Le Voyage en Hollande fait pendant la révolution de 1787 (1:59–79) fut publié en appendice de la seconde édition du Voyage en Turquie et en Égypte. En automne 1787 Potocki apprit que le parti des patriotes s'était révolté contre le Stadhouder. Il se rendit aussitôt en Hollande et traversa le pays de haut en large pour observer les évènements sur place. Ce périple ressemble à une série de reportages et nous offre un tableau détaillé de la défaite des insurgés. Le Voyage dans l'empire de Maroc, fait en l'année 1791 (Varsovie, 1792) (1:81–175) est un des plus beaux récits de son auteur. Il a été écrit sous forme de journal et faisait peut-être parti de celui que Potocki tenait depuis son départ de Varsovie en octobre 1790 jusqu'à son arrivée sur le chemin de retour, à Dresde le 7 janvier 1792. Ce manuscrit inédit se trouvait jusqu'en 1944 au château de Lancut (cote B.III.I.18 inw[entarz] inventaire 2794). Comme son propriétaire a vendu alors une partie de ses collections il se trouve peut-être dans une bibliothèque publique ou privée.

Potocki se trouvait à Paris au mois de février 1791. Il alla d'abord à [End Page 192] Madrid avec l'ambassadeur de Pologne en Espagne. Il s'y lia d'amitié avec l'ambassadeur du Maroc qui lui donna une lettre de présentation pour l'empereur. C'est alors qu'il commença à écrire ce Voyage. Son récit est très intéressant, d'autant plus qu'il est un véritable sourcier de beaucoup d'éléments qu'il a utilisés par la suite dans Les Bohémiens d'Andalousie et dans le Manuscrit trouvé à Saragosse dont un choix a été signalé par l'éditeur. Pendant son séjour au Maroc, Potocki a voyagé en compagnie de l'ambassadeur de Suède. Ils ont visité entre autres Tanger, Larache, Salé et Rabat, où l'empereur les a reçu à cheval. Peu après l'empereur a déclaré la guerre à l'Espagne et commença a bombardé la forteresse de Ceuta dont il est question dans l' « Histoire du Géomètre » du Manuscrit trouvé à Saragosse. Les voyageurs quittèrent le Maroc et débarquèrent à Cadix le 7 septembre 1791.

Potocki a inclus dans ce livre le Voyage de Hafez (1:177–97) dans lequel il a camouflé sous le manteau d'un récit oriental une critique de la...


pdf