Abstract

This is an examination of the official reaction by the Bush administration to the torture and abuse of prisoners at Abu Ghraib and the coverage of the story by mainstream American media. By doing so, the authors seek to explain the emergence of what in retrospect became a metanarrative about Abu Ghraib that limited debate and public understanding to a narrow range of questions about individual moral culpability. Attention will be given to how the story was framed, in both its emphases and silences, and particularly to how it came to be remembered. In the case of Abu Ghraib, the spectacle of the same set of photographs shown repeatedly kept the focus on individual perpetrators and the morality of their behaviour, creating a narrative limited to the actions of a few individuals. This metanarrative allowed Americans to exempt themselves from confronting race and the racialized violence that structures both the discourse and the practice of the so called “war on terror.”

Le présent article est un examen de la réaction officielle de l’administration Bush à la torture et aux mauvais traitements infligés aux prisonniers d’Abu Ghraib et à la couverture de ces événements par les médias américains grand public. Ce faisant, les auteurs cherchent à expliquer l’émergence de ce qui, en rétrospective, est devenu un tableau narratif de grande envergure sur Abu Ghraib qui a réduit le débat et la compréhension du public à quelques interrogations sur la culpabilité morale individuelle. Une attention sera apportée à la façon dont l’histoire a été présentée, tant par la mise en évidence que par les silences, et particulièrement à la facçon dont on s’en est souvenu. Dans le cas d’Abu Ghraib, le spectacle du même jeu de photographies montrées encore et encore a polarisé la situation sur les mêmes agresseurs et sur le caractère moral de leur comportement, créant ainsi un narratif limité aux gestes de quelques personnes. Ces tableaux narratifs de grande envergure ont permis aux Américains de ne pas avoir à faire face à la violence à la fois raciale et à caractère raciste qui forme la structure tant du discours que de la pratique de cette soi-disant « guerre contre le terrorisme ».

pdf

Additional Information

ISSN
1710-114X
Print ISSN
0007-7720
Pages
pp. 83-100
Launched on MUSE
2008-08-13
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.