In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

BOOK REVIEWS 543 include in his Weltanschauung. Or wouldn't they? Much scholarship of late (esp. E. R. Dodds' books) demonstrates just the opposite for the best of Greek minds. Mansfield's examination is thus doubly valuable: it shows the extent of how important astrology and unadorned superstition was in Greek and Roman medical philosophy, especially as the On Sevens jumbles medicine, philosophy, and astrology into a meaningful whole even more than does Galen; and Mansfield illustrates rather vividly how modern scholars look at such problems in classical medical writings. The Pseudo-Hippocratic Tract is highly recommended by this reviewer, even though he has various points of disagreement on particulars throughout. If more scholars in the classics and Greek philosophy became intrigued by this neglected but important facet of ancient times, we might understand much better the matrix of Aristotle as well as Galen. JOHN SCARBOROUGH University of Kentucky, Lexington Le Dictionnaire de Bayle et la lutte philosophique aux XVIIIe si~cle. Par Pierre R6tat. Biblioth~que de la Facult6 des Lettres de Lyon, No XXVIII. (Pads, Les Belles Lettres, 1971. Pp. 555) I_~ travaux modernes, et surtout eeux d'Elisabeth Labrousse, nous ont restitu6 une image de Bayle fort diff6rente du Bayle "positiviste" admir6 au d6but du XXe si~cle. Image nuanc6e, difficile, contrast6e, mais qui est d'abord celle d'un homme engag6 darts un temps et dans un milieu : la R6publique des Lettres ~t la fin du r~gne de Louis XIV, le Refuge. Par mille liens intelleetuels, ce milieu est rattach6 au pass6. Les controverses th6ologiques, entre Protestants et Catholiques ou au sein m~me de la R6forme, continuent celles du XVIe si~cle. On s'y livre h une d6bauche d'6rudition scripturaire et patristique , et de subtilit~ scolastique. Ce monde intellectuel et son univers mental sont condamn6s h dispara~tre bient6t : ils ne semblent pas avoir surv6cu ~t Louis XIV. Comment Bayle, tel que nous le connaissons maintenant, et repr6sentant typique de ce milieu, a-t-il pu devenir un des "p~res fondateurs" de la philosophic des Lumi~res, tel est le probl~me que M. R&at s'est efforc6 de r6soudre. Pour cela, il a suivi la fortune litt6raire du Dictionnaire historique et critique, la plus r66dit6e, la plus vendue et la plus lue, au moins en partie, des oeuvres de Bayle. Ce choix d'une oeuvre permet une 6tude pr6cise des r66ditions et donne ~ M. R&at l'oecasion de produire des documents fort instructifs sur l'6dition de Tr6voux 1734. Edition ~t la fois autoris6e et clandestine, qui rut suivie d'une 6dition des Oeuvres diverses, 6galement prot6g6e par une permission tacite : ainsi prot6geait-on h la fois l'ordre moral et le commerce des libraires. Voltaire attribua cette 6dition du Dictionnaire aux J6suites, qui n'y &aient pour rien. N6anmoins, malgr6 sa richesse et sa complexitY, le Dictionnaire n'est pas tout Bayle, et M. R6tat dolt, ~tdiverses reprises, faire intervenir d'autres oeuvres, en particulier le Commentaire philosophique. Peut-on parler d'une 6tude d'influence ? La question est sousjacente tout au long du livre et, paradoxalement peut-~tre, il semble que la r6ponse soit n6gative : Bayle a 6t6 utilis6 par la pens6e des Lumi~res beaucoup plus qu'fl ne l'a influenc6e. Quoique le probl~me ne soit jamais discut6 ~ fond, on voit assez bien les raisons de M. R6tat : le Bayle que nous connaissons maintenant, 6rudit pointilleux, pol6miste minutieux, mais surtout pessimiste manich6en et "pyrrhonien outr6", n'a au fond rien de commun avec l'optimisme rationaliste des Lumi~res, qui dolt presque tout ~t l'Angleterre. Restent la critique acerbe de la Bible (dont M. R&at, d'ailleurs, semble n~gliger un peu ]e retentissement ), la pol6mique contre l'6glise romaine, l'apologie des ath~es vertueux (que les d6istes vont pourtant r6cuser), la tol6rance, enfin. Th~mes importants, sans doute, mais plus superticiels que fondamentaux, et tr~s rite devenus lieux communs. Ajoutons-y 544 HISTORY OF PHILOSOPHY le fire et la liberation devant le sacr6 (pp. 270-271 ). Ce n'est done pas Bayle qui a engendr6 le XVIIIe si~cie, c'est au contraire le XVIIIe qui non seulement a r~v616 la force explosive du Dictionnaire, mais mSme...

pdf

Additional Information

ISSN
1538-4586
Print ISSN
0022-5053
Pages
pp. 543-544
Launched on MUSE
2008-01-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.