In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Nature
  • Edward K. Kaplan

Dans son rapport gouvernemental fait pour l'exposition universelle de 1867, La Philosophie en France au XIXe siècle, Félix Ravaisson voit en l'étude de l'instinct animal la clé du débat, tout au long du siècle, sur les rapports entre le physique et le moral, la liberté et le déterminisme. Il cite favorablement Michelet parmi les véritables scientifiques tels que Frédéric Cuvier, le frère de Georges, Pierre Flourens, Armand de Quatrefages, Alfred Maury, et Alfred Vulpian1 . Un autre contemporain, le philosophe catholique Henri Joly, soutient que la question de l'instinct est à la base de «tous les controverses philosophiques et scientifiques du siècle »2 .

Dès ses débuts d'historien, l'idée de Nature chez Michelet fait partie intégrante de sa réflexion. En tant que professeur de philosophie et de morale, il publie, en 1831, Introduction à l'histoire universelle, où il voit dans la nature l'instrument du déterminisme auquel s'oppose la liberté humaine, le libre arbitre : « Avec le monde a commencé une guerre qui doit finir avec le monde, et pas avant ; celle de l'homme contre la nature, de l'esprit contre la fatalité. L'histoire n'est pas autre chose que le récit de cette interminable lutte »3 . Les sciences naturelles doivent fournir de cette foi la base objective et expérimentale.

La vision proprement évolutionniste de Michelet, fondée sur le transformisme prédarwinien, développe la notion du « génie des métamorphoses » (terme qu'il emploie, dans La Mer, à propos de Lamarck et de Geoffroy Saint-Hilaire), qui implique l'unité téléologique des systèmes animal, minéral, et végétal, dirigée vers l'autonomie mentale et créatrice4 .

La conception de la nature chez Michelet fut toujours en marche. Depuis les années 1830 il fréquente des scientifiques qui font autorité, Élie de Beaumont, professeur de géologie au Collège de France, Henri Milne-Edwards, professeur d'histoire naturelle à la Sorbonne, Antoine Serres, médecin en chef de la Pitié, depuis 1822 professeur d'anatomie et d'histoire naturelle au Muséum, et surtout « le grand Geoffroy », Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, qui, en 1830, dans un débat célèbre, défendit une vision transformiste du monde contre Georges Cuvier, lui attaché à la théorie des règnes séparés. Le fils de celui-là, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, devint un ami intime, initiant l'historien aux philosophes allemands de nature, tels que Schelling, Hegel, Oken, et l'inspirant de sa propre théorie de « l'unité de plan et de composition », tel l'auteur de la Comédie humaine. L'influence de Lamarck, auteur de la Philosophie zoologique, incitera Michelet à sauvegarder, après la publication [End Page 105] de L'Origine des espèces de Darwin en 1859 (traduit en français en 1862), une théorie des traits acquis, et dirigée par l'amour maternel : la main se développe chez les mammifères, par exemple, quand la mère lamantin veut caresser et allaiter son enfant : « les ligatures cèdent, s'étendent, laissent aller l'avant-bras, et de ce bras rayonne un polype palmé. C'est la main ».5

L'œuvre naturaliste de Michelet compose un programme didactique, voire révolutionnaire. La nature constitue sa preuve finale de la tendance—humaine ou naturelle—à la liberté, à l'autonomie de l'individu. Les premiers volumes de l'Histoire de France, surtout le Tableau de la France (1833), s'appuient sur la géographie pour expliquer, de manière matérialiste, le caractère particulier aux habitants et à la culture de chaque province, la « fatalité ». Pourtant, déjà, dans Le Peuple de 1846, dans la deuxième partie intitulée « de l'affranchissement par l'amour—la nature », Michelet envisage une force universelle, au sein des mondes animé et même minéral, une progression spirituelle. À la fin de sa carrière, Michelet renverse radicalement son premier dualisme négatif ; dans la Préface de 1869 à son Histoire enfin terminée, il attribue au monde naturel la source...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 105-108
Launched on MUSE
2006-09-26
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.